Actes-types.com : le portail des Avocats, Huissiers, Notaires...

Rechercher par :
Nom / Cabinet / Dominance / Spécialité / N° RCS / Siret / Autre…

Question juridique n°26621 , Mar 26, 2014
Bonjour,

Il y a un mois et demi, mon nouveau médecin m'a fait un bilan sanguin grâce auquel il m'a découvert des problèmes de thyroïde.
Après d'autres examens, l'hypothyroïdie est confirmée.
Les résultats sous les yeux, le médecin me prescrit alors un médicament avec une ordonnance pour trois mois.
Je commence le traitement, et au bout d'un mois, je me rends à la pharmacie pour renouveler mes cachets.
Le médicament en question étant en pénurie, et mon médecin en vacances, je suis allée voir un autre médecin afin d'obtenir une autre prescription.
Etonné, ce médecin me dit que les médicaments que je prenais depuis un mois étaient pour l'hyperthyroïdie, et non l'hypothyroïdie.
Affirmations confirmées par un endocrinologue scandalisé que je suis allée voir en urgence le lendemain.
Avec les résultats sous les yeux et le bon diagnostic, mon médecin m'a donc prescrit le médicament opposé à celui qu'il devait me donner, aggravant ainsi mon état de santé.
Quels sont mes recours face à cette situation et à ce médecin ?
Merci d'avance pour votre réponse.
637
vues
Réponse du Mar 25, 2014 6:27 PM par :
2 rue Marcel 75010 Paris
Bonjour,

Eu égard au récit que vous avez scrupuleusement détaillé, il appert effectivement que la responsabilité du praticien peut être engagée.
En effet, l'erreur, si elle est avéré eu égard au diagnostic constaté par le médecin et le traitement prescrit, vous êtes en droit d'en demander réparation en vous adressant à l'ordre des médecins, dès lors que l'erreur est constitutive d'une faute (article L.1142-1 du code de la santé publique).
En outre l'erreur devient fautive si elle conduit à exposer le patient à des risques sans justification thérapeutique, ou à réaliser un acte pour lequel le praticien ne dispose pas de qualification spéciale.

Restant à votre disposition

Cordialement

« Chaque fois qu’un avocat défend la bonne cause, il y a en face de lui un autre avocat qui défend la mauvaise. » Alphonse Karr