Actes-types.com : le portail des Avocats, Huissiers, Notaires...

Rechercher par :
Nom / Cabinet / Dominance / Spécialité / N° RCS / Siret / Autre…

Question juridique n°17487 , Jun 26, 2014
Bonjour,

J’ai fait une demande de rupture conventionnelle à mon employeur qui la refuse.
Je lui demande donc de me licencier, car je ne peux plus continuer ce travail avec un mode de rémunération, et la pression des objectifs que je n’arrive plus à réaliser.
Mais il veut que je continue quand même jusqu’en septembre date ou il change d’agence.
Je n’en peux plus et ne sait plus comment agir, car une démission ne me donnerais pas le droit au chômage en attendant de trouver autre chose .
Si vous avez une solution ?
Merci d’avance.
cordialement .
502
vues
Réponse du Sep 24, 2012 8:20 PM par :
6 rue Léon 93600 Aulnay Sous Bois
Bonjour,

 Comme vous semblez bien le savoir, il existe trois manières pour résilier un contrat de travail : la rupture conventionnelle, la démission, et le licenciement.
 Les deux premiers cas n’étant pas réalisables d’après les faits que vous nous avancez, il semble donc que la seule solution à votre problème soit le licenciement.
Comme vous l’avez très bien explicitez, votre employeur refuse ce licenciement.
En effet, en l’absence de volonté claire et non équivoque de votre part de démissionner, il appartient à votre employeur vous reprochant un abandon de poste, de vous licencier s’il le souhaite, aucun délai n'étant fixé pour engager une telle procédure de  licenciement.

S’il est vrai que ce comportement ne pourra peut être pas vous apporter une indemnisation étant donné la « faute » que vous aurez commise en n’étant pas présent aux heures de travail, en revanche l’effet du licenciement que vous semblez recherchez s’appliquera : vous pourrez avoir droit au chômage.
Outre le licenciement qui nécessite une procédure de l'employeur, une rupture conventionnelle qui nécessite son consentement, vous n'aurez pas d'autre choix que de démissionner.


Restant à votre disposition
 
Cordialement

« La justice est la liberté en action. » Joseph Joubert