Actes-types.com : le portail des Avocats, Huissiers, Notaires...

Rechercher par :
Nom / Cabinet / Dominance / Spécialité / N° RCS / Siret / Autre…

Question juridique n°22361 , 7 févr. 2014
Bonjour,

Divorcée depuis bientôt 3 ans, j'ai tout laissé à mon ex ( voiture, appartements) mais on a oublié de signifier les crédits à la  consommation au notaire et avocat.
A ce jour Mr ne me verse pas la pension alimentaire de notre fils pour payer ma part des mensualités.
Or, je suis au chômage depuis peu et lui à un salaire confortable.
Ai-je un recours pour me désolidariser de ces crédits?
Sachant que Mr a fait opposition aux prélèvements de ces derniers et je suis donc harceler par ces sociétés pour que je paie.
Si financièrement je pouvais les reprendre je le ferais au vu des harcèlements mais je n ai pas trouver de solution.
En vous remerciant par avance.
372
vues
Réponse du 30 mai 2013 10:46 par :
6 rue Léon 93600 Aulnay Sous Bois
Bonjour,

En l'occurrence, il s'agit de prêts dont vous semblez être tenu solidairement de rembourser. 
Si tel est réellement le cas, que cela soit en raison de prêt souscrit par l'un des époux pendant le mariage sous le régime de la communauté légale, ou d'un prêt souscrit par les deux époux, vous ne pourrez vous désolidariser sans l'accord de l'établissement financier.
A l'évidence, la banque n'a aucun intérêt à accepter une telle demande.
Il serait dès lors judicieux de vous rapprocher de celle-ci afin de connaître des solutions à envisager en fonction des conditions fixées dans le contrat (suspension du contrat, assurance suite à une perte d'emploi, échelonnement de la dette...).

Concernant, le non versement de la pension alimentaire, il vous appartient suite à plusieurs impayés de vous faire assister d’un huissier,  afin que celui-ci engage une procédure de paiement directe et diligente une mesure d'exécution forcée (saisie attribution, etc...) au titre des articles R.213-1 et suivants du code des procédures civiles d'exécution.

 
Cordialement

« La justice consiste à mesurer la peine et la faute, et l’extrême justice est une injure. » Montesquieu