Actes-types.com : le portail des Avocats, Huissiers, Notaires...

Rechercher par :
Nom / Cabinet / Dominance / Spécialité / N° RCS / Siret / Autre…

Question juridique n°21931 , Nov 29, 2013
Bonjour,mon amie et moi sommes séparé, de ce fait elle a ouvert un compte perso auprès de la société générale a doulles mais voila que par je ne sais quel hasard, mon nom a été associer a ce compte dont j’ignorais la teneur, n’ayant pas signer de convention pour son ouverture. Je reçois depuis des documents liés a ce compte dont une lettre qui m’a été facturé 13 € 40 m’indiquant que ce compte était a - 300 € .
Depuis ce jour et durant deux mois, la banque ma prélévée des sommes pouvant aller jusqu’à 50 € et ce tous les deux jours. Après plusieurs tentatives de rendez vous qui ayant échoués ( mon conseiller étant surbooké, il ne pouvait me recevoir ) ,j’ai finallement obtenu un entretien de midi a midi-dix. S’étant aperçu de leur erreur, le directeur m’a proposer la mise en place de remboursements mais a ce jour rien n’a été fait, que puis je faire ??
Autre chose m’amène vers vous, je lui ai demander la renegotiation de mon prêt immo et il a tout simplement refuser, cette renegotiation est importante pour moi du fait que les taux d’intérêts sont au plus bas. Merci à vous.
366
vues
Réponse du May 7, 2013 1:16 PM par :
12 Avenue De Gaulle 13100 Aix En Provence
Bonjour,



Compte tenu de la situation que vous avez décrite s'agissant des remboursements demandés, il conviendrait dans un premier temps de mettre en demeure l'établissement bancaire de procéder au remboursement par l'envoi d'un courrier recommandé avec demande d'avis de réception.

A défaut de paiement de la banque dans le délai que vous lui aurez imparti, vous pourrez saisir le juge d Tribunal compétent (selon le montant concerné).

En ce qui concerne la renégociation de votre crédit, il vous appartient de vous rapprocher de l'établissement, les possibilités vous étant offertes dépendent des conditions fixées dans votre contrat.

A ce titre, il sera difficile de vous informer davantage quant à la légitimité du motif invoqué par ledit établissement.

 

Cordialement

« Le devoir, l’honneur ! Des mots à qui on fait dire ce qu’on veut, comme aux perroquets. » Alfred Capus